Flux pour
Nos Articles

Un stage ‘découverte des compétitions de chiens de sauvetage option Surface’, a eu lieu en octobre 2017 en Martinique. Il a été animé par M. Patrick VILLARDRY, figure incontournable du monde cynotechnique, juge, formateur et membre du Groupe de Travail Sauvetage de la CUN CBG. Ce spécialiste de cette discipline intervient sur les avalanches, les recherches de personnes égarées, les victimes prisonnières après l’effondrement d’immeubles, à la suite de coulées de boue ou d’inondations, de tremblements de terre et de cyclones dans le monde entier (Europe, Mexique, Turquie, …)

La Martinique, terre de séisme et de cyclones, au relief très montagneux, est particulièrement concernée par les activités de chiens de sauvetage et de décombres. Les 20 participants étaient particulièrement motivés pour participer à cette compétions cynophile avec leurs chiens. Des membres des quatre clubs canins de l'île étaient présents mais aussi des amis cynophiles guadeloupéens, motivés par la formation. L'objectif étant de proposer à toutes ces équipes une formation théorique et pratique, qui serait validée en fin de stage par le passage du ‘Brevet de Chien de Sauvetage’.

Des bergers « créoles » aussi !!!

Huit d'entre eux ont pu passer avec succès, à l'issue de cette formation leur brevet de chien de sauvetage.  Ce brevet est la porte d'entrée qui permet à tout pratiquant de débuter dans cette discipline canine. Pouvoir ainsi valider cette formation en une semaine par un diplôme officiel a été une belle motivation pour tous ces passionnés.

Parmi les participants, plusieurs races de chiens étaient présentes : un dogue des Canaries, un labrador, cinq bergers belges malinois, trois bergers allemands, trois jack russel, deux rhodesian ridgeback, un berger hollandais, mais pas seulement : Trois croisés « créoles », et un croisé bouledogue américain ont aussi pu démontrer leurs aptitudes de flair, ténacité et sociabilité, qualités de base demandées à tous chiens souhaitant participer et évoluer dans cette discipline.

La formation contenait une partie Obéissance-dextérité : avec suite en laisse, passage dans un groupe de personnes, un coucher sous diversion, un « porter-remettre » — pour entre autre valider la stabilité caractérielle et le niveau de sociabilité du chien avec ses congénères et avec les humains. Et bien sûr une recherche et désignation de « victime » avec  aboiement.

« Le souci de la progression qu'a mis le formateur, Patrick Villardry, dans l'apprentissage de la discipline sauvetage et la pédagogie utilisée nous permettra d'inclure désormais des exercices de recherche dans le cadre de l'éducation canine classique. Et nous permettra de continuer à progresser. Car on a vu tous les chiens et leurs propriétaires s'améliorer en cinq jours. Il n’y a rien de plus motivant pour une équipe de voir ses progrès au fil des entrainements  », selon Eric TRUBERT, président de la Commission Utilisation Territoriale  Martinique, participant aussi au stage avec ses 2 chiens BeBop (BBM) et Ioko (BH).

Le premier jour, les participants ont appris à leur chien à rechercher leur maître sur un départ à vue, le deuxième jour, avec un départ caché, le troisième jour, le travail de recherche s'est fait sur une victime différente du maître partant à vue et les quatrième et cinquième jours, avec départ caché.

Les participants ont en particulier appris que contrairement à ce qui se fait dans d'autres disciplines, le chien de sauvetage doit être capable de travailler seul et de prendre des décisions : l'initiative de chercher et le plaisir de découvrir. Et l'importance de la récompense, du motivateur : le chien doit être joueur et sensible à la motivation (boudin, balle, etc.). Dans cette discipline, le maitre-conducteur doit s’effacer au profit de la ‘victime’, qui sera la première à récompenser l’auxiliaire canin lors de la découverte.

Que ceux qui ont raté ce stage se rassurent : une nouvelle formation est prévue en novembre 2018, ainsi qu'un passage de brevet et, pour ceux qui auront envie d'aller plus loin, le passage d'un Test de Qualification, avec passage de passerelle, saut, passage sur matériel désagréable, accompagné d’un exercice de recherche beaucoup plus technique.

Le président de l’Association Canine Territoriale de Guadeloupe, présent également, est parti conquis et fera en sorte de développer la discipline en Guadeloupe, en synergie avec la région Martinique.

 

La cynophilie en Martinique, c'est 4 clubs canins, plus de 50 licenciés, plusieurs disciplines pratiquées : obéissance, ring, agility et sauvetage. L'objectif dans nos îles est toujours de faire évoluer l'image du chien en Martinique, d’améliorer son image, en proposant des activités attractives et valorisantes. Développer des disciplines de ce type permet de faire évoluer les états d'esprit et montrer que les chiens peuvent être, en plus de magnifiques compagnons bien éduqués,  de parfaits auxiliaires dans des situations périlleuses.

Le stage a été organisé par l’ACTM (Association  Canine Territoriale de la Martinique), présidée par Mr ROSAMOND Roger, et s’est déroulé du 16 au 22 octobre 2017 (au  CECS, situé voie des Ramiers, cité Bazeilles, à Rivière Salée (Martinique).

Régine Mauconduit

Pour tout contact :
Association Canine Territoriale de la Martinique
M. ROSAMOND Roger
Tel 0696 25 32 40

www.canine972.fr

canine972@wanadoo.fr

Chiens de Sauvetage – Société Centrale Canine © 2017 Tous droits réservés.    Mentions légales